-23%
Le deal à ne pas rater :
TV 75″ Xiaomi Mi TV Q1 – QLED, 4K UHD à 929€ (Via ODR)
929 € 1199 €
Voir le deal

C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale
New Orleans Institute :: Territoire des Shadowhunters :: L'Institut


Aller en bas 



Dim 28 Fév - 22:57



Voilà pourquoi Laureen ne part pratiquement plus en mission. Les courses poursuites après des vampires peu enclins à respecter les accords, les luttes à armes inégales, les bleus et les bosses, très peu pour elle. Ce genre de résultat de mission, elle préfère les soigner sur les autres. Et son dos lui fait un mal de chien ! Sûrement un bon argument pour soutirer un massage à Kayden. Après tout, c'est lui qui l'a envoyée en mission après son service à l'infirmerie !

La grande brune ouvre la porte de l'armurerie à son coéquipier de la nuit, Jim. Il aurait probablement préféré aller remonter les bretelles aux vampires avec Steven, mais un démon en avait décidé autrement avant-hier. Dès que son coéquipier est passé, elle lui emboîte le pas dans le grincement du cuir de son équipement. Sa blouse lui manque terriblement. Mais quand la manière douce ne fonctionne pas, il faut être capable de sortir le blouson noir et les lames aiguisées. Certaines créatures de la nuit ne comprendront jamais autre chose, au grand damne de Laureen.

Dans le calme relatif du rangement des armes, Laureen soupire. Non, décidément, il faut vraiment qu'elle explique à Kayden que son domaine à elle, c'est la réparation des bras cassés, pas la castagne. Et dire qu'elle allait devoir enchaîner la nuit qu'ils venaient de passer à faire la police avec une journée à soigner les apprentis chasseurs. D'ailleurs :
-J'irai bien voir les enfants avant de faire le rapport, tu m'accompagnes à la salle d’entraînement ? Ils ont du commencer à cette heure-ci...

Laureen lutte contre le sommeil, mais ses paupières pèsent une tonne chacune. Habituellement lorsqu'elle est en horaire de nuit, elle a le temps de faire une sieste avant, mais là... Laisser une bande de jeunes vampires écervelés s'afficher en pleine beuverie sanglante dans la rue, ce n'était pas envisageable. Vraiment pas. Et Kayden avait insisté pour que Jim ne parte pas seul.

Soudain, tout ce à quoi peut penser la jeune femme, c'est à la cafetière pleine qui l'attend à son bureau. Du bon café, pas le jus de chaussette que sirotait son prédécesseur quand elle est arrivée quelques années avant. Il fallait qu'elle s'en attrape un mug avant d'aller faire son rapport. Laureen jette un œil à Jim. Après une nuit pareille, elle ne sera peut être pas la seule à rêver de la délicieuse boisson aux pouvoirs inégalés...
-Tant qu'à passer devant l'infirmerie, tu veux un café ? Je vais m'en prendre un. Après cette nuit...
… Si je n'en bois pas un, je vais finir dans un mur.
Jim la connaît certainement assez pour deviner la fin de la phrase tout seul, inutile de trop parler. Trop parler, avant le café du matin, cela donne mal au crane. Et une migraine, ce n'était vraiment pas ce qu'il lui fallait aujourd'hui. Par contre une bonne crème pour les bleus, s'il n'y avait pas trop de patients dans la matinée... Peut être qu'elle se laisserait tenter. Après le check-up de Jim. Qu'il puisse aller se reposer, lui.



[/color]
Laureen Winterscar
Laureen Winterscar
Shadowhunter.Shadowhunter.
C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale Source

Pseudo : Jessica
Date d'inscription : 25/07/2020
Messages : 10
Marques de Noblesse : 7
Crédits : N.C.
Disponiblité RP : Libre!

Alignement : Bon
Allégeance : Aux shadowhunters et à la justice
Origines : Françaises et américaines
Âge : 46 ans
Métier : Directrice d'Institut
Résidence : L'Institut de Nouvelle-Orléans
Statut civil : Veuve
Généalogie : Fille de Gabriel et Janet Silverguard
Veuve de Kayden Winterscar (décédé)
Mère de Zachary et Alison (décédée)
Anecdotes : Laureen a un faible pour le chocolat noir, l'organisation des fêtes (parce qu'elles rassemblent et apaisent le temps d'une journée) et les livres de médecine douce.
Playlist : Laureen a suivi un enseignement de pianiste dans ses jeunes années, mais elle n'a jamais été très douée en la matière. En revanche, elle adore entendre d'autres personnes jouer de cet instrument.

Feuille de personnage
Force:
C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale Gb8127/100C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale L9be  (27/100)
Agilité:
C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale Nq6q33/100C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale L9be  (33/100)
Endurance:
C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale Mg1440/100C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale L9be  (40/100)

Revenir en haut Aller en bas


Jeu 18 Mar - 22:35
C'était le bon temps
Un long soupir las s’échappa des lippes de Jim, tandis qu’il emboitait le pas de son binôme de cette soirée, pour se rendre à l’armurerie et se délester de leurs armes. A mesure que l’homme respirait le parfum de l’Institut, il se sentait presque revivre. Pas qu’il préférait rester à faire la plante verte ici, bien au contraire. Cependant, depuis qu’il était père, un profond soulagement se faisait sentir au fond de lui, chaque fois qu’il franchissait ces portes en seul morceau. Tout comme lorsqu’il voyait Sully lui revenir saine et sauve. Un Shadow Hunter prend rarement sa retraire, tout le monde le sait, seulement laisser derrière lui un orphelin, à tout juste quatorze ans, ne faisait pas partit de ses plans de vie pour Connor.
Quelque part, le brun comprenait parfaitement pourquoi Laureen se contentait de l’infirmerie. Cependant le Nightingale n’oubliait pas le quatuor du choc qu’ils formaient durant leur apprentissage, Laureen, sa chère moitié Kayden, Gabrielle, ainsi que lui-même. La jeune femme était une combattante hors pair, quand bien même elle se trouvait un peu rouillé.
C’est bien pour ces raisons que Jim l’avait choisi, elle, pour cette mission, lorsque Kayden avait émis de lourde réticence à le laisser partir seul. Il avait quand même senti peser sur sa personne un regard chargé de reproche, lorsqu’il avait prétendu vouloir y aller avec Laureen. Ou bien était-ce son : « Très bien, mais je sors ta femme ! », qui n’avait pas reçu l’accueil escompté pour un trait d’humour. Si la sienne avait été présente, le chasseur d’ombre le lui aurait épargné. Hélas, sa dulciné badinait avec "les vieux planqués de l’Enclave" à Idris. Ainsi se plaisait à les nommer Adan Nightingale, chaque fois qu’il en avait l’occasion. Sobriquet qui ne manquait pas de faire lever à son fils les yeux au ciel, s’imaginant que l’intéressé ne le voyait pas.
Mais c’était qu’a déjà trente-huit ans, il possédait ses petites habitudes – tel un vieillard -  comme celle de ne pas désespérer de patrouiller de nouveau avec son meilleur ami, lorsque ses obligations de chef d’institut occuperaient un peu moins tout son temps libre. Ça et son propre fils. Néanmoins, il estimait que de botter les fesses de quelques jeunes vampires en manque d’éducation, semblait moins dangereux, pour un duo composé d’un "manchot" et d’une infirmière, comparé aux démons qu’il avait affrontés avant-hier. Sale engeance d’Edom, qui était parvenu à envoyer Steven et son parabatai infortuné à l’infirmerie. Lui s’en était un peu mieux sortit, avec une épaule déboitée. Bien que ce ne soit pas vraiment la première fois. Par conséquent celle-ci le faisait encore particulièrement souffrir dans ses mouvements. Finalement, heureusement que Kayden s’était montré bien plus têtu que lui, en l’envoyant accompagné. La jeune femme qui lui tint galamment la porte, lui avait sauvé les fesses ce soir. Cependant, son égo n’allait pas vraiment le crier sur tous les toits, tandis qu’il franchissait silencieusement le seuil de l’armurerie.

Le second soupir qui s’échappa de concert, avec sa partenaire de cette nuit tumultueuse, lui arracha un sourire en coin. Au moins ils pouvaient s’accorder tous deux là-dessus : batailler jusqu’au lever du jour les avait tous les deux mis sur les rotules. Bien que l’homme n’en était pas encore à pouvoir affirmer qu’il se trouvait "trop vieux pour ses conneries", comme lui faisait si souvent la réflexion – et avec beaucoup d’ironie – son parabatai. Il fallait lui accorder que Gabriel avait un peu plus d’avance vers la quarantaine, que lui…
C’est un peu la phrase à laquelle il s’était attendu, lorsque Laureen brisa la quiétude de leur rituel de rangement, réalisé quasi mécaniquement. Ce qui l’aurait probablement fait rire, sachant qu’elle était plus jeune que lui. Néanmoins, la jeune femme semblait bien loin de ce genre de préoccupation.
- « J'irai bien voir les enfants avant de faire le rapport, tu m'accompagnes à la salle d’entraînement ? Ils ont dû commencer à cette heure-ci...
Cette proposition méritait bien un examen minutieux du plafond, tandis que ses pensées profondes pesaient le pour et le contre, de se confronter au regard de son père après une nuit blanche. Mais à l’instar de celui-ci, l’idée de voir la bobine concentrée de Connor balaya tout le reste.
- Comment refuser pareille proposition, après une si folle soirée ? Qu’il ironisa, tournant un chef de plus sérieux vers son interlocutrice. Peut-être qu’un brin de toilette ne serait pas de trop avant, sinon c’est nous qui allons-nous faire botter les fesses. Son index tapota sa propre joue. Très chère, il vous en reste un peu là. »
Le sang… pire que la confiture quand on s’en met partout. Refermant l’armoire, Jim tandis une main vers la porte pour l’inviter à passer la première.
Il suivit sans vraiment réfléchir à l’endroit où ils se rendaient en premier, bien que la bifurcation à gauche lui indiquât l’infirmerie. Sage décision, pour ne pas causer trop d’inquiétude aux enfants et les perturber dans leur classe. Sans doute. Sa proposition le sortit néanmoins de sa torpeur, faisant s’arquer un sourcil face à sa phrase inachevée, dont il connaissait la suite par cœur.
- « Si tu as peur que nous finissions tous deux dans le mur, fais plutôt chauffer un tonneau. Je te confirme qu’après cette nuit, il faudrait bien ça pour encore marcher droit. »
Puis il en profitera également pour saluer Gabriel, qui devait très certainement être en bien meilleure forme qu’eux, confortablement installé dans son lit...

- « Le duo de choc ! Que s’exclama le blond en voyant son parabatai débarquer, charroyant avec son entrée le doux son d’une cafetière qui se met en route. Mon vieux, t’as la tronche d’un vampire mal déterré… Mon pauvre neveu va faire des cauchemars ce soir, en te voyant.
Jim porta une main à sa poitrine, faisant semblant d’être touché par un projectile. Il en regretta presque d’avoir trainé ses guêtres par ici, en attendant que le nectar de l’éveil ne chauffe.
- Moi qui pensait que la seule chose qui pourrait le faire cauchemarder, soit que tu te considères toujours comme son oncle. Qu’il répliqua du tac au tac, arrachant une expression douloureuse à son parabatai. Comment tu te sens ce matin ?
- Franchement ? Poussant sur ses bras, il se redressa dans ses oreillers. Mieux que vous deux. Raconte, moi donc votre folle escapade. »
Le brun resta de marbre devant son sourire nigaud, puis face à sa main qui tapota le matelas. Comme un père invitant son fils à le rejoindre, pour qu’il lui raconte ses malheurs. Néanmoins, il ne pouvait pas refuser complètement cette invitation à poser séant. Tant qu’il ne l’incitait pas à s’allonger, sinon toutes les lumières allaient s’éteindre.
Il n’y avait pas grand-chose à raconter et Gabriel fut presque déçu de ce résumé si succinct, qui ressemblait un peu trop à un rapport.
- « Bah mon vieux, t’endors pas ce pauvre Connor avec des histoires toi, mais plutôt avec un coup de massue.
L’homme ne répondit rien, se contentant de lever les yeux au ciel, sous le regard un peu trop amusé à son goût de son frère d’arme. Puis celui-ci mit ses mains en porte-voix, pour attirer l’attention de la jeune femme, qui avait dû s’endormir à côté de la machine.
- Hé doc ! Tu pourrais rajouter une troisième tasse, si c’est pas trop abusé ! Ton collègue m’endort avec ses histoires, ça doit être son épaule qui le rend particulièrement loquace ! » Qu’il s’exclama avec une un sarcasme à peine déguisé.
D’un coup, le chasseur d’hombre regretta que le démon ne l’ait pas plongé dans le coma, ça lui épargnerait ses bavardages incessants. Faut dire qu’il avait toujours parfaitement parlé pour deux, et ce n’était pas un énième passage à l’infirmerie qui allait lui faire fermer son clapet. Hélas…

Codage par Libella sur Graphiorum
Jim Nightingale
Jim Nightingale
Shadowhunter.Shadowhunter.
C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale 201220113613356665

Pseudo : Areigan
Date d'inscription : 20/12/2020
Messages : 23
Marques de Noblesse : 3
Crédits : N.C.
Disponiblité RP : Dispo

C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale 201220113612458434

Ft. : Jeffrey Dean Morgan
Couleur paroles : #0aa0a2

Alignement : Mauvais
Allégeance : A lui même
Parabatai : Gabriel Moran
Armes : Un Colt 1911 combat elite, ainsi qu'un couteau de chasse

Origines : Americains
Âge : 50 balais
Métier : Shadowhunter en exil, il se débrouille pour gagner sa croute en restant discret.
Résidence : Quelque part à la Nouvelle-Orléans
Orientation : Hétérosexuel
Statut civil : Veuf
Généalogie : Père - Adan Nightingale, décédé en mission
Mère - Cathleen Nightingale, décédée
Epouse - Sully Nightingale, exécutée par l'Enclave pour trahison en juillet 2011
Fils- Connor Nightingale

Feuille de personnage
Force:
C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale Gb8120/100C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale L9be  (20/100)
Agilité:
C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale Nq6q55/100C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale L9be  (55/100)
Endurance:
C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale Mg1425/100C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale L9be  (25/100)

https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t395-jim-nightingale-les-evenements-font-plus-de-traitres-que-les-opinions#2238 https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t397-jim-nightingale-eeny-meeny-miny-moe https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t396-jim-nightingale-eeny-meeny-miny-moe Revenir en haut Aller en bas


Sam 22 Mai - 13:07




Laureen et Jim se séparent sitôt passée la porte de l’infirmerie. La grande brune traîne son corps couvert de bleus jusqu’à sa meilleure amie, la machine à café, et peste aussitôt. Quel est l’idiot qui a oublié de la lancer ce matin ?!

L’habitude guide ses mouvements ralentis par le manque de sommeil, et bientôt l’appareil ronronne de bonheur, préparant son élixir salvateur. La jeune femme en profite pour se rendre aux cabinets attenants. Le miroir lui renvoie sa mine épuisée pleine de sang. A l’aide d’un linge propre, Laureen entreprend de se débarrasser des traces de la soirée. Ses mouvements font craqueler le sang à demi séché sur son blouson de cuir. Voilà qui va encore être une plaie à nettoyer… Au moins, ses blouses passent en machine, pas le cuir!

La toilette terminée, la grande brune retourne auprès de la machine à café, impatiente d’extirper ses neurones de l’épais brouillard cotonneux dans lequel la fatigue les attire. Malheureusement, le liquide brun coule encore, emplissant la cafetière à moitié pleine. Patienter debout est tout à coup au-dessus des forces de Laureen. Elle repère une chaise près du radiateur et s’y affale immédiatement de tout son poids. La grâce et l’élégance féminine attendront qu’elle ait de nouveau fait une nuit complète.

La chaleur diffusée par le radiateur près d’elle la plonge dans la torpeur contre laquelle elle lutte depuis le lever du soleil. Plus loin, Jim raconte à son parabatai la nuit moisie qui vient de s’écouler. Le bourdonnement grave de sa voix, associé au ronronnement de la machine encore en fonction, finissent d’endormir la docteure épuisée.

La machine à café termine son affaire et émet un court signal aigu pour autoriser ses utilisateurs à prélever le nectar brun. Pourtant, personne ne vient lui soutirer sa carafe.

- Hé doc ! Tu pourrais rajouter une troisième tasse, si c’est pas trop abusé ! Ton collègue m’endort avec ses histoires, ça doit être son épaule qui le rend particulièrement loquace !

La demande de Gabriel réveille Laureen en sursaut. Elle évite de justesse de terminer le cul par terre et replace sa chaise à moitié renversée dans un crissement métallique. Désorientée, elle prend quelques secondes pour se rappeler où elle est et ce qu’elle fait là. Avisant la cafetière à présent pleine et prête à l’emploi, elle se sert un mug brûlant dont elle avale quelques gorgées avant même de servir d’autres tasses. Voilà, ça va déjà mieux. Que ce soit le goût amer énergisant ou la brûlure qu’elle vient de se faire à la langue, Laureen est à présent assez réveillée pour continuer sa journée.

Elle attrape un plateau de service et y dépose les quatre tasses fumantes et, après réflexion, la carafe de café. Pas sûr qu’une tasse suffise à tout le monde, surtout à Jim qui en réclamait un tonneau un peu plus tôt…

- Alors, comment vont mes fracassés aujourd’hui, ça commence à se remettre?Demande-t-elle en posant son plateau chargé sur la table de chevet de Gabriel.

Elle laisse les hommes se servir et porte une tasse à Steven, trop loin pour attraper sa part de carburant caféiné lui-même sans se lever. Les plaies visibles des deux blessés ont déjà commencé à cicatriser et leur posture indique que les dégâts osseux se sont réduits durant les deux derniers jours, mais elle n’allait pas les laisser retourner dans leurs chambres immédiatement.

Des casse-cou comme eux, elle en voit tout le temps défiler à l’infirmerie : si vous avez le malheur de les laisser filer un peu trop tôt, ils partent taper du démon avant que vous n’ayez eu le temps de dire “repos”. Et bien sûr, ils reviennent la queue entre les jambes avec deux fois plus de fractures et un air de petit garçon pris en faute quand elle fait les gros yeux. Parfois, Laureen se demande si Zachary est bien son seul fils dans cet institut...

Laureen Winterscar
Laureen Winterscar
Shadowhunter.Shadowhunter.
C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale Source

Pseudo : Jessica
Date d'inscription : 25/07/2020
Messages : 10
Marques de Noblesse : 7
Crédits : N.C.
Disponiblité RP : Libre!

Alignement : Bon
Allégeance : Aux shadowhunters et à la justice
Origines : Françaises et américaines
Âge : 46 ans
Métier : Directrice d'Institut
Résidence : L'Institut de Nouvelle-Orléans
Statut civil : Veuve
Généalogie : Fille de Gabriel et Janet Silverguard
Veuve de Kayden Winterscar (décédé)
Mère de Zachary et Alison (décédée)
Anecdotes : Laureen a un faible pour le chocolat noir, l'organisation des fêtes (parce qu'elles rassemblent et apaisent le temps d'une journée) et les livres de médecine douce.
Playlist : Laureen a suivi un enseignement de pianiste dans ses jeunes années, mais elle n'a jamais été très douée en la matière. En revanche, elle adore entendre d'autres personnes jouer de cet instrument.

Feuille de personnage
Force:
C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale Gb8127/100C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale L9be  (27/100)
Agilité:
C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale Nq6q33/100C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale L9be  (33/100)
Endurance:
C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale Mg1440/100C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale L9be  (40/100)

Revenir en haut Aller en bas


Mer 14 Juil - 19:13
C'était le bon temps
Un long soupir, emplit de toute la fatigue de cette si longue soirée, combiné à son agacement naissant s’échappa des lèvres de Jim. S’en suivit son légendaire envolée d’iris vers les hauteurs du plafond pour parfaire le tout. Sa femme ne manquait jamais de se moquer de lui pour ça d’ailleurs. Surtout pour le fait que Connor ait attrapé ce trait de caractère, qu’elle qualifiait de tic. Bien que le Shadow Hunter doutait que ce genre de "tic" soit héréditaire. Bien que lui-même le tenait de son propre père, qui arborait souvent cette expression. Lui appelait plutôt ça du mimétisme involontaire. Ou bien l’expression muette de ses pensé les plus profondes… Que les autres s’imaginent bien ce qu’ils veulent.
En l’occurrence, son introspection personnelle se demandait, en cet instant, comment son cher parabatai avait pu vivre si vieux, sans qu’il ne lui ait déjà tordu le cou. Ou au moins scellé la bouche, sans employer des solutions trop létales. A la réflexion, il y pensera pour plus tard, de regarder s’il existait une rune de mutisme temporaire. Pour des moments de paix bien mérité. Même les frères silencieux ne voudraient pas de lui…
Le rire clair de Gabriel le tira de sa torpeur, tandis que son regard oblique et aussi rieur que sa bouche, lui indiquait très bien de quoi il se moquait, sans avoir besoin de le mentionner. Ce qui ne manqua pas de déclencher une nouvelle montée de ses globes oculaires, que ses paupières finirent par masquer. La fatigue entamait sa patience, dont il préférait garder la pleine réserve pour son fils. Sans oublier son père…
Pouce et index se portèrent sur l’arête de son nez, massant ses yeux quelque secondes, avant de les rouvrirent sur son parabatai amusé.
- « Mon épaule va bien. Et veux-tu te taire, tu réveil tout le monde ! » Qu’il ne manqua pas d’ajouter, ne loupant rien du raffut provenant de l’autre salle, ressemblant fort à une chaise que l’on renverse.
Pauvre Laureen, elle avait dû s’endormir en attendant son nectar de réveil. Posant ses mains écorchées sur ses cuisses, le brun s’apprêta à se lever pour voir si elle n’avait pas besoin d’aide, quand il vit poindre un plateau de l’encadrement de la porte, précédant une délicieuse odeur de café fraichement coulé. Il ne manqua pas la mine de déterré de la jeune femme, ce qui lui arracha un sourire compatissant, lorsqu’elle arriva vers eux ainsi chargé. Jim se pencha pour débarrasser un peu d’espace sur la table de chevet, obliquant un léger regard vers l’intéressé, lorsqu’elle s’enquit de son état. Ne se sentant nullement visé par le terme "fracassé". Le regard de Gabriel sauta de l’un à l’autre, après l’avoir détaché des tasses qui se remplissaient de façon mécanique, et qui lui faisaient soudainement très envie.
- « Mieux que vous ! Qu’il répondit, éludant la réponse par la même occasion. Va falloir penser à la perfusion à ce niveau-là. Qu’il ajouta moqueur. Ça n’vous réussi pas de faire la fête toute la nuit.
Les yeux de Jim se firent plus menaçant, par-dessus les brumes de son propre récipient, tendant le siens à son parabatai, alors que la doctoresse s’éloignait de leur querelle de couple.
- Si tu continues sur ta lancée, ce sont les blagues douteuses qui n’vont plus te réussir à toi.
- Vieux grincheux. » Que marmonna le convalescent, plongeant ses lèvres dans le breuvage fumant.
Jim ne répondit rien, se contentant d’afficher un sourire goguenard en voyant le blond rougir légèrement, puis tirer la grimace en reposant sa tasse sur la table de chevet.

Son visage suivit le sillage de sa partenaire de cette si longue soirée, alors qu’elle apportait une tasse du précieux nectar au second convalescent, qui était en réalité visé par la question de la jeune femme. Il lui adressa d’ailleurs un signe du chef pour le saluer, lorsque leur regard se croisèrent. C’est qu’il se trouvait tellement en pilote automatique, qu’il en avait complètement oublié qu’il y avait deux blessés ici et avait complètement occulté sa présence. Radar temporairement difonctionnel…
Ça lui revenait que c’était avec lui qu’il aurait dû partir, avec la mise hors service de son frère d’arme, si sa dernière mission n’avait pas eu raison de sa jambe. Une sale blessure, de ce qu’il avait entendu, mais Laureen possède des doigts de fée. Jim dressa le menton dans la direction de Steven, l’interrogeant d’un bref mouvement de tête de son état. Celui-ci lui répondit d’un pâle sourire, mais opina du chef de façon plutôt confiante. Une bonne nouvelle !
Puis il se détourna pour la laisser au bon soin de la doctoresse, ainsi que de son café, reportant toute son attention sur le siens, que sa pauvre cervelle attendait avec une patience mise à rude épreuve, par la lourdeur de ses paupières.
Lorsqu’elle eu fini, le brun l’accueillit par un silence religieux, puis l’incita à prendre le temps de s’assoir. La langue bien pendue de Gabriel, attestant qu’il allait assez bien, pour que son examen puisse attendre une tasse de café. A défaut d’un peu de sommeil réparateur, dont les lits offraient la grande tentation de s’y allonger jusqu’au lendemain.
Soufflant sur sa boisson, la quiétude du lieu ne fut que temporaire, son frère lançant les hostilités sur une question qui lui brulait encore plus langue que son propre breuvage.
- « Alors doc’ ! Quand est-ce que nous repartons pour de nouvelles aventures ? »
Le regard que lui rendit son parabatai fut emplie d’une certaine compassion, en sentant son impatience. Bien qu’il soit pour l’heure plus pressé de retrouver son fils et ses pénates – pas forcément dans cet ordre – que d’en découdre à nouveau. Même un vampire fraichement sortit de sa tombe, et ne demandant qu’à être cueillit, pour y retourner sans grabuge ni encombre. Cependant, il comprenait parfaitement que de rester clouer au lit, pour un homme d’action, relevait presque de la torture. Lui-même n’avait pas vraiment laissé complètement le temps à son épaule de se remettre, avant de repartir. Et il fallait avouer que ce matin, il le sentait quelque peu passer… Et bien que Gabriel ne se trouvait pas satisfait de ses récits, bien trop succinct à son goût, qu’il y participe de nouveau n’était pas encore pour tout de suite. Mais le brun ne put s’empêcher d’interroger à son tour sa collègue du regard, reprenant des forces avec sa première gorgées de café, et il eut comme l’impression qu’elle n’était absolument pas pressée de remettre les pieds sur le terrain.
Jim ne pouvait pas vraiment la blâmer, avec deux enfants peut être que lui aussi y réfléchirait un peu plus… Cependant leur devoir premier ne résidait pas dans celui de se contenter d’élever leur enfant, de procréer, puis d’attendre patiemment leur retraite. Cette vie là appartenait aux terrestres, et il n’était pas très sûr de l’envier.
- « Laisse lui donc le temps de vérifier comme tu vas, qu’il tenta de tempérer posant une main sur son genou, avant de vouloir mettre la charrue avant les bœufs. Kayden est très dur en affaire, pour sortir sa femme. » Qu’il ironisa.
Et j’ai bien du mal à voir la mienne. Que Jim garda pour lui-même, noyant de nouveau ses lèvres, ainsi que ses pensées, au fond de son récipient.


Codage par Libella sur Graphiorum
Jim Nightingale
Jim Nightingale
Shadowhunter.Shadowhunter.
C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale 201220113613356665

Pseudo : Areigan
Date d'inscription : 20/12/2020
Messages : 23
Marques de Noblesse : 3
Crédits : N.C.
Disponiblité RP : Dispo

C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale 201220113612458434

Ft. : Jeffrey Dean Morgan
Couleur paroles : #0aa0a2

Alignement : Mauvais
Allégeance : A lui même
Parabatai : Gabriel Moran
Armes : Un Colt 1911 combat elite, ainsi qu'un couteau de chasse

Origines : Americains
Âge : 50 balais
Métier : Shadowhunter en exil, il se débrouille pour gagner sa croute en restant discret.
Résidence : Quelque part à la Nouvelle-Orléans
Orientation : Hétérosexuel
Statut civil : Veuf
Généalogie : Père - Adan Nightingale, décédé en mission
Mère - Cathleen Nightingale, décédée
Epouse - Sully Nightingale, exécutée par l'Enclave pour trahison en juillet 2011
Fils- Connor Nightingale

Feuille de personnage
Force:
C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale Gb8120/100C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale L9be  (20/100)
Agilité:
C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale Nq6q55/100C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale L9be  (55/100)
Endurance:
C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale Mg1425/100C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale L9be  (25/100)

https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t395-jim-nightingale-les-evenements-font-plus-de-traitres-que-les-opinions#2238 https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t397-jim-nightingale-eeny-meeny-miny-moe https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t396-jim-nightingale-eeny-meeny-miny-moe Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas


 Sujets similaires
-
» A cry for help | feat Laureen Winterscar
» Une espionne en vue ~ feat Zachary
» Hello Darkness my old friend ~ Feat Zak
» Welcome to the Institut - feat Myrcella Devereux
» How to train your vampire ~ Feat Akiho


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Sauter vers: