Le Deal du moment :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres ...
Voir le deal

A cry for help | feat Laureen Winterscar
New Orleans Institute :: Territoire neutre :: Freret Street


Aller en bas 



Dim 16 Aoû - 12:04


A cry for help





Il pleuvait dru ce soir-là, l'eau ruisselant sur les trottoirs cabossés et fissurés, pénétrant entre leurs interstices, dévalant la pente dans un doux bruissement discret pour se déverser dans les méandres des égouts. Le sol était couvert de ce miroir naturel et la ville lumière apparaissait comme un mirage troublé à sa surface. Il était tard et pas un chat n'arpentait les rues de la Nouvelle-Orléans. Seul le silence accompagnait la silhouette assise sur ce lit froid et humide, présence fantomatique dans ce sombre paysage mal éclairé. Elle était immobile, les bras durement serrés autour de ses jambes elles-même repliées contre sa poitrine. Son regard reflétait une telle tristesse que le monde semblait pleurer avec elle. Elle observait la seule fenêtre illuminée de l'établissement en face d'elle, dont les silhouettes qui dansaient derrière les rideaux tirés ne lui laissaient sur la bouche qu'un arrière-goût de nostalgie. Ses lèvres tremblaient, ses bras enserraient ses genoux avec plus de force et ses pieds ne tenaient plus en place. Son esprit lui hurlait d'entrer, la suppliait de ne serait-ce toquer à cette porte autour de laquelle flottaient autant de beaux souvenirs. Pourtant, elle s'y refusait. Elle avait peur. Peur de soudainement les attaquer, de ne plus pouvoir se contrôler. Peur de ne pouvoir s'arrêter... Elle ressassait dans ses cauchemars toutes les scènes qui risquaient d'arriver si elle osait un jour franchir à nouveau le pas de cette porte. Jamais elle n'y avait remis les pieds... Pas depuis sa mort. Elle avait pris soin de s'éloigner de la petite supérette qui l'avait vu grandir et de ce petit appartement qui l'avait même vu naître. Elle s'était éloignée, mais ne pouvait s'empêcher d'y revenir. Observer de loin ses parents continuer leur vie sans savoir ce que pouvait bien subir leur fille, sans connaître les dangers qui rodaient dans la ville qui les avait accueillis...c'était à la fois un malheur et une bénédiction. Elle n'avait qu'une envie, se réfugier dans les bras de sa mère pour y trouver le réconfort et la sécurité de ses jeunes années...

Des larmes coulèrent le long de ses joues, se mélangeant aux gouttes de pluie qui s'écrasaient sur son visage. Akiho regarda une dernière fois les silhouettes qui se mouvaient toujours derrière les rideaux avant d'enfin se décider à se relever. Trempée de la tête au pied, elle resta pourtant immobile encore plusieurs longues secondes, ses yeux toujours rivés à cette fenêtre, ses jambes refusant de faire le moindre mouvement. Elle pensait ses idées claires, son esprit en paix avec sa décision, mais son corps refusait de partir. Elle maudit sa faiblesse, maudit son impuissance et maudit le responsable de sa condition. Ses sourcils se froncèrent et ses lèvres se pincèrent, ses crocs – sortis sans qu'elle ne l'ait même décidé – s'y plantant sans vergogne. Une vive douleur éclata alors et la jeune femme porta une main tremblante à sa bouche, grimaçante, du sang y dégoulinant abondamment. Avant que le mal ne disparaisse comme il était venu. Ses canines, elles, étaient toujours fièrement sorties, comme deux pointes trop grandes pour qu'elle puisse les cacher. Akiho paniqua.

Ce fut ce déclic qui fit de nouveau bouger son corps, ses jambes cette fois-ci, dévalant les trottoirs à une vitesse fulgurante. Surhumaine. En moins d'une seconde, elle était déjà à l'autre bout du quartier, se prenant de plein fouet le mur d'une battisse qu'elle n'avait pas vu arriver. Son dos s'écrasa sur le sol humide et sa tête percuta avec violence sa surface, des étoiles apparaissant soudainement devant ses yeux. Son regard se perdit dans la noirceur du ciel au-dessus d'elle et le silence pesa sournoisement sur elle, comme une menace étouffante. Elle se sentait effroyablement seule...

Sa gorge se noua subitement et un sanglot s'échappa d'entre ses lèvres, déchirant. Une plainte agonisante. Elle n'en pouvait plus. La solitude la tiraillait, la peur lui tordait les boyaux et la faim lui nouait les tripes. Elle ne savait rien, ne contrôlait plus sa vie et tout partait en vrille. Elle était las, allongée de tout son long sur le sol crasseux de Freret Street et n'avait que la faim pour seule compagnie. Cette faim qui la hantait tous les jours, à tout moment, sans qu'elle ne puisse la prévoir. Pendant un instant, elle pensa rester là, le visage tourné vers cette immensité noire, attendant son heure arriver, les yeux fermés. Combien de temps pouvait mettre un vampire avant de finalement s'éteindre, affamé ? Le soleil lui offrirait-il une mort rapide ? Est-ce qu'elle supporterait la douleur ? Ses parents s'en rendraient-ils compte ? La pleureront-ils ?

Elle rouvrit ses paupières, clignant au rythme de la pluie battant son visage, appréciant le tambour cadencé des gouttes s'écrasant sur le sol froid. Elle ne sentait même plus ses larmes sur sa peau pâle. Seule la faim, cette terrible faim, résonnait dans son corps entier, l'empêchant de fuir la réalité. Quand est-ce que cela va s'arrêter ? Elle ne le supportait plus : Akiho entendait tout, et elle avait beau s'être éloignée le plus possible, elle percevait encore les battements des cœurs des habitants paisiblement endormis et des derniers retardataires profitant de leur soirée. Ses crocs la démangèrent soudainement alors qu'elle sentit avec plus de netteté la présence d'une âme qui se rapprochait de l'endroit où elle était allongée. Non, pas encore... pensa-t-elle en se bouchant les oreilles, espérant en vain refouler ses pulsions qui commençaient doucement mais surement à se réveiller. Plus l'individu avançait, plus elle pouvait distinguer son pouls et entendre le sang couler dans ses veines. Plus il se rapprochait, plus elle perdait la tête et moins elle avait d'emprise sur son propre corps, ses crocs, ses entrailles et son cœur lui hurlant d'apaiser cette faim déchirante. La pauvre Akiho se tenait la tête de ses mains tremblantes, se roulant en boule en espérant se maîtriser, le tumulte de la pluie s'amplifiant jusqu'à en devenir insupportable, martelant son crâne. Elle lâcha un gémissement terrifié, son corps tout entier luttant contre son esprit qui perdait sa lucidité. En contradiction avec sa nouvelle nature qu'elle n'avait pas encore apprivoisée malgré l'année qui s'était écoulée, elle se retrouva bientôt debout sans qu'elle ne comprenne comment, ses jambes avançant sans qu'elle ne leur ait demandé. Non ! pensa-t-elle hurler, et son corps percuta le mur à côté d'elle de sa vitesse vampirique. Elle se tordait, comme possédée et ses mains tremblaient malgré le fait qu'elle se tenait les côtes pour se contrôler. L'individu quant à lui, avançait toujours, comme pour la narguer, et ses pas résonnaient désormais de plus en plus fort dans tout son être.

Quelqu'un...à l'aide...

Son corps se jeta à vive allure sur la femme qui s'engouffrait dans la ruelle, un cri étranglé s'échappant d'entre les lèvres de la créature, une larme coulant le long de sa joue.
Akiho Takeda
Akiho Takeda
Vampire.Vampire.
A cry for help | feat Laureen Winterscar 04.9

Pseudo : Lioma
Date d'inscription : 03/01/2020
Messages : 52
Marques de Noblesse : 10
Crédits : Lioma
Disponiblité RP : Libre

A cry for help | feat Laureen Winterscar Giphy

Ft. : Bae Doona
Alignement : Neutre
Allégeance : Ses parents
Armes : Aucune, Akiho est déjà en proie avec ses propres pouvoirs, avoir une arme serait encore plus dangereux pour elle et pour les innocents autour d'elle

Origines : Japonaise née en France
Âge : 22 ans (pour toujours désormais)
Métier : Elle enchaîne les petits boulots de nuits, ne restant jamais au même endroit plus d'une saison
Résidence : Freret Street
Orientation : Hétérosexuelle
Statut civil : Célibataire
Généalogie : Eiko Takeda - mère
Haruyoshi Takeda - père
Anecdotes : Akiho ne maîtrise pas ses pouvoirs et les subit plus qu'elle ne les possède | Elle est très agile | Fume lorsqu'elle est stressée (de plus en plus souvent ces temps-ci) | Elle maîtrise l'anglais même si quelques mots lui échappe parfois | Elle parlait couramment japonais avec ses parents | Connait les gestes qui sauvent et possède quelques notions de médecine | Elle suit des cours d'aïkido le soir (uniquement lorsqu'il fait nuit)

Feuille de personnage
Force:
A cry for help | feat Laureen Winterscar Gb8110/100A cry for help | feat Laureen Winterscar L9be  (10/100)
Agilité:
A cry for help | feat Laureen Winterscar Nq6q60/100A cry for help | feat Laureen Winterscar L9be  (60/100)
Endurance:
A cry for help | feat Laureen Winterscar Mg1430/100A cry for help | feat Laureen Winterscar L9be  (30/100)

https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t266-akiho-takeda-vampire-malgre-elle#922 https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t271-akiho-takeda-vampire-debutante-et-potentiellement-dangereuse https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t272-akiho-takeda-lonelyy-i-m-so-lonelyy#930 Revenir en haut Aller en bas


Sam 17 Oct - 15:31

Laureen laisse sa tête tomber sur la pile de dossiers devant elle. Les membres de la communauté surnaturelle de la Nouvelle-Orléans s’étaient donnés le mot pour lui pourrir la vie en ce moment! La directrice de l’institut lâche un soupir. Ce sera repas à emporter ce soir, pas moyen qu’elle fasse la cuisine après une journée pareille. Dire qu’elle n’avait même pas eu le temps de manger ce midi…

Un coup de fil passé, et elle enfile son manteau pour aller récupérer sa précieuse commande chez Willie. Kayden l’aurait taquinée s’il savait qu’elle avait encore craqué pour un de ces hot dogs au boudin absolument pas diététiques, mais flûte, elle avait raté le repas de midi. Elle avait le droit. Et elle ne monterait pas sur la balance avant la semaine prochaine, par sécurité.

Dehors, la pluie tombe à verse. Pour Laureen, c’est un signe, le ciel est d’accord avec elle, c’est vraiment une journée moisie. Il est déjà tard, peu de gens parcourent encore les rues, leur préférant la chaleur de leur foyer. Un nouveau soupir, et la brune rabat sa capuche avant de s’élancer sous la pluie. Ses bottes noires crissent sur le trottoir détrempé, se joignant au concert de la pluie, des pas des passants et du vrombissement des quelques voitures encore en marche à cette heure.

La directrice espère vainement faire tout le trajet jusqu’à son lit avant d’être trempée. La boucherie restaurant chez Willie n’est qu’à quelques rues de l’institut. Willie est un ami de longue date, de l’époque où Kayden et elle rentraient souvent trop fatigués pour cuisiner. Un ami loup garou qui cuisine des petits plats maison à tomber par terre. Alison était folle de leurs nuggets de poulet maison. En y repensant, Laureen a un sourire triste. Elle n’a plus mangé de nuggets depuis qu’ils sont partis.

Ils sont partis.

Un euphémisme pour ne pas énoncer la dure réalité des choses. Aujourd’hui encore, sa mère a appelé Laureen et une fois encore, elle a prononcé cette phrase. Tout plutôt que de prononcer le mort définitif de quatre lettres commençant par un M. Oui, sa mère l’avait encore rendue folle au téléphone aujourd’hui. Comme d’habitude, elle avait entonné son refrain habituel. “Vous devriez revenir à Alicante” et “Zachary irait déjà mieux si tu le laissais être entouré de sa famille au lieu de permettre au fils de ce traître de Jim de lui tourner autour” et le pire : “Il est temps qu’il fasse son deuil et devienne un homme”. Comment Laureen pourrait-elle exiger de son fils qu’il fasse son deuil alors qu’elle même en était incapable? Au lieu de répondre cela, elle avait une fois de plus protégé son fils des paroles aimantes mais blessantes de sa grand mère maternelle. Oui, elle était obligée de rester à la Nouvelle Orléans, c’est ce qu’aurait voulu Kayden pour son fils, et non, elle ne permettrait pas qu’on sépare son fils de son parabatai, il avait déjà assez souffert pour une vie, merci. Oui, on se rappelle la semaine prochaine (même si elle n’en a aucune envie).

La mère de Zach secoue la tête pour chasser sa mère de son esprit. Elle la torturait déjà assez pendant l’heure hebdomadaire qu’elles passaient ensemble au téléphone, inutile de prolonger le supplice en dehors de ce temps. Laureen s’engage dans une ruelle moins éclairée. C’est moins rassurant que les grandes rues passantes, mais cela l’avance de quelques minutes dans la direction de son dîner. Et soyons honnête, il faudrait être fou ou ignorant pour s’attaquer à la directrice des shadowhunters de Nouvelle Orléans. La pluie tombe toujours, et son pantalon trempé entre le bas de son manteau et le haut de ses bottes lui colle aux jambes. Elle presse le pas avant de se transformer en glaçon géant, risque bien plus élevé que celui de se retrouver nez à nez avec un démon dans cette ruelle. Encore que… Zut, non, sortir avec son arme pour aller chercher à manger aurait été ridicule.

Alors qu’elle passe un nouveau croisement, un mouvement attire son attention. Une personne, probablement ivre, vient de se cogner contre un mur de la ruelle que la directrice s'apprête à emprunter. Les humains peuvent être si insouciants, à s’amuser et s’enivrer alors que la ville regorge de prédateurs surnaturels.

Mais ce n’est pas un humain. En une seconde, la personne qui se heurtait au mur plusieurs mètres plus loin n’est plus qu’à un cheveu de Laureen. Ses réflexes entrent en action alors même que son esprit n’a pas fini d’assimiler ce qui vient juste de se passer. Elle entame un mouvement pour bloquer cet être définitivement vampirique, vu la taille des crocs qui viennent de la frôler. La shadowhunter essaie tant bien que mal d’empêcher son assaillante d’atteindre son cou. Ou a-t-elle rangé sa stèle? Ah, la voilà! Une rune de vitesse, et le combat devient un peu plus équitable. Encore que contre un vampire, rien n’est joué.

Pourquoi a-t-il fallu qu’elle sorte sans arme?!



Laureen Winterscar
Laureen Winterscar
Shadowhunter.Shadowhunter.
A cry for help | feat Laureen Winterscar Source

Pseudo : Jessica
Date d'inscription : 25/07/2020
Messages : 10
Marques de Noblesse : 7
Crédits : N.C.
Disponiblité RP : Libre!

Alignement : Bon
Allégeance : Aux shadowhunters et à la justice
Origines : Françaises et américaines
Âge : 46 ans
Métier : Directrice d'Institut
Résidence : L'Institut de Nouvelle-Orléans
Statut civil : Veuve
Généalogie : Fille de Gabriel et Janet Silverguard
Veuve de Kayden Winterscar (décédé)
Mère de Zachary et Alison (décédée)
Anecdotes : Laureen a un faible pour le chocolat noir, l'organisation des fêtes (parce qu'elles rassemblent et apaisent le temps d'une journée) et les livres de médecine douce.
Playlist : Laureen a suivi un enseignement de pianiste dans ses jeunes années, mais elle n'a jamais été très douée en la matière. En revanche, elle adore entendre d'autres personnes jouer de cet instrument.

Feuille de personnage
Force:
A cry for help | feat Laureen Winterscar Gb8127/100A cry for help | feat Laureen Winterscar L9be  (27/100)
Agilité:
A cry for help | feat Laureen Winterscar Nq6q33/100A cry for help | feat Laureen Winterscar L9be  (33/100)
Endurance:
A cry for help | feat Laureen Winterscar Mg1440/100A cry for help | feat Laureen Winterscar L9be  (40/100)

Revenir en haut Aller en bas


Mer 11 Nov - 16:45


A cry for help





Encore une fois, elle avait perdu le contrôle...Son corps bougeait tout seul, avide du sang qui tambourinait dans les veines de l'inconnue située à seulement quelques mètres. En une fraction de seconde elle pouvait fondre sur elle. Effacer la distance qui les séparait encore et enfin en terminer avec ce supplice qui lui tiraillait l'estomac. Se délecter de ce que son esprit avait en horreur et enfin faire taire cette faim insoutenable.
Pourtant, c'était comme si tout autour d'elle fonctionnait au ralenti. La pluie, ses éclaboussures une fois le sol touché...même son propre corps semblait comme figé dans le temps, laissant tout le loisir à son esprit d'enregistrer le moindre détail de cette scène qu'elle cauchemarderait encore plusieurs semaines après. Les secondes étaient comme étirées, devenant des minutes...des heures. Quand tout pouvait se terminer en un battement de cils, le monde entier avait tout simplement décidé d'arrêter de tourner. Et tandis qu'Akiho pensait — à raison — qu'elle resterait à jamais coincée, condamnée à ressentir cette soif sanguine sans jamais pouvoir la satisfaire... la pluie se remit à tomber.

Ses paupières clignèrent une fois... une simple fois, et soudainement, ses crocs claquèrent à quelques centimètres de la jugulaire de l'inconnue, manquant de peu de se planter dans sa chair. Elle qui avait déjà le goût du sang en bouche, s'étonna de ne pas en sentir le liquide effleurer sa langue. Avait-elle réellement raté sa cible ? Jamais cela ne lui était arrivé depuis sa transformation...elle qui priait à chacune de ses crises que ses proies s'échappent, sans jamais être exaucée... Malgré elle, une lueur d'espoir s'alluma, trop faible néanmoins pour stopper son corps qui réitéra son attaque. Mais Akiho fut tenu à distance une seconde fois...

La créature en elle hurla de rage face à l'incompréhension, ses lèvres laissant apercevoir ses crocs encore blancs, vierges de toute hémoglobine. Elle attaqua encore, et encore, et encore... Mais c'était comme si son corps ralentissait, sa vitesse surhumaine diminuant soudainement. Ou bien était-ce sa victime qui avait étrangement...accélérée ? Le bâton sortit de sa poche en était-il pour quelque chose ?
Akiho secoua mentalement la tête — à défaut de contrôler son propre corps. Elle déraillait. La faim la faisait imaginer des choses. Peut-être s'était-elle tout simplement affaiblie... D'après ce qu'elle avait compris de sa nouvelle condition, seul le sang humain pouvait pleinement la satisfaire. Et elle devait bien avouer que, malgré ce que la créature en elle en pensait, elle était fière de dire que cela faisait plusieurs jours qu'elle n'avait pas succombée, se nourrissant des quelques poches de sang qu'elle avait réussi à voler à l'hôpital du coin. Son corps — et ses pouvoirs par la même occasion — s'en étaient surement trouvés amoindris... Peut-être était-ce là sa chance !

Akiho avait de plus en plus de mal à réfléchir. Au plus le combat s'attardait, au plus son humanité s'effaçait, son côté bestial et monstrueux prenant de plus en plus de place. Bientôt, sa personnalité se recroquevillera au fin fond de son esprit tourmenté et laissera sa place au vampire affamé. Car si sa volonté de ne blesser personne était au moins aussi forte que sa faim, elle n'avait cependant pas assez de pouvoir pour lutter contre sa nouvelle nature. Ce n'était pourtant pas la volonté qui lui manquait. Elle hurlait intérieurement, hurlait à la personne encapuchonnée de s'enfuir, de courir, de s'éloigner d'elle. Son corps était maladroit, ses attaques imprécises. Lutter à la fois contre cette humaine et son propre esprit, tout en essayant d'ignorer la faim qui lui brûlait les entrailles, était chose impossible.
Un déclic, et soudain la créature attrapa avec force le bras de son futur repas afin de l'immobiliser, soudainement agacée de la voir esquiver et repousser la moindre de ses attaques. De l'autre main, et dans un geste doté d'une force inouïe qu'Akiho était encore surprise d'avoir, elle lui agrippa le cou et la propulsa contre le mur opposé. Akiho n'émettait plus que des râles bestiaux et n'était désormais qu'obsédée par le doux son du sang qui la narguait. Le corps de l'inconnue désormais bloqué contre la paroi de pierre, elle n'avait plus qu'à se jeter sur sa clavicule pour en déguster la moindre goutte.

Satisfaction précoce. Le vampire en elle était tellement à bout qu'il savourait sa victoire avant même qu'il n'ait vraiment gagné. Akiho en profita aussitôt, luttant contre cette nature qui la terrifiait et parvint à reprendre un soupçon de lucidité avant de complètement perdre la tête. La lueur dans ses yeux se fit moins bestiale, sa poigne se fit moins ferme et ses crocs hésitèrent avant de se planter dans la chair. Entre deux gémissements d'animal affamé, elle put souffler quelques mots :
« Sau..vez...vous ! »
La voix était rauque, les mots hésitants mais bien audibles. Toute la douleur qu'elle ressentait était palpable, on pouvait littéralement l'entendre. Et au fond d'elle, silencieuse mais bien présente, une voix de plus en plus faible... Juste un souffle...

Sauvez-moi....
Akiho Takeda
Akiho Takeda
Vampire.Vampire.
A cry for help | feat Laureen Winterscar 04.9

Pseudo : Lioma
Date d'inscription : 03/01/2020
Messages : 52
Marques de Noblesse : 10
Crédits : Lioma
Disponiblité RP : Libre

A cry for help | feat Laureen Winterscar Giphy

Ft. : Bae Doona
Alignement : Neutre
Allégeance : Ses parents
Armes : Aucune, Akiho est déjà en proie avec ses propres pouvoirs, avoir une arme serait encore plus dangereux pour elle et pour les innocents autour d'elle

Origines : Japonaise née en France
Âge : 22 ans (pour toujours désormais)
Métier : Elle enchaîne les petits boulots de nuits, ne restant jamais au même endroit plus d'une saison
Résidence : Freret Street
Orientation : Hétérosexuelle
Statut civil : Célibataire
Généalogie : Eiko Takeda - mère
Haruyoshi Takeda - père
Anecdotes : Akiho ne maîtrise pas ses pouvoirs et les subit plus qu'elle ne les possède | Elle est très agile | Fume lorsqu'elle est stressée (de plus en plus souvent ces temps-ci) | Elle maîtrise l'anglais même si quelques mots lui échappe parfois | Elle parlait couramment japonais avec ses parents | Connait les gestes qui sauvent et possède quelques notions de médecine | Elle suit des cours d'aïkido le soir (uniquement lorsqu'il fait nuit)

Feuille de personnage
Force:
A cry for help | feat Laureen Winterscar Gb8110/100A cry for help | feat Laureen Winterscar L9be  (10/100)
Agilité:
A cry for help | feat Laureen Winterscar Nq6q60/100A cry for help | feat Laureen Winterscar L9be  (60/100)
Endurance:
A cry for help | feat Laureen Winterscar Mg1430/100A cry for help | feat Laureen Winterscar L9be  (30/100)

https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t266-akiho-takeda-vampire-malgre-elle#922 https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t271-akiho-takeda-vampire-debutante-et-potentiellement-dangereuse https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t272-akiho-takeda-lonelyy-i-m-so-lonelyy#930 Revenir en haut Aller en bas


Jeu 25 Fév - 16:04


Essoufflée, la brune peinait à maintenir ses parades tant la pluie rendait le bitume glissant. L’échange de coups avec le vampire face à Laureen montait en violence. Ce combat devenait plus bestial, comme si le vampire, la vampire d’ailleurs, était désespérée. C’était une vampire qui avait faim, ou Laureen ne s’y connaissait pas. La seule manière de se sortir de ce type de combat était la mort d’un des participants, et la chasseuse de démons tenait encore à la vie.

La directrice de l’institut anticipait le temps qu’allait lui prendre un rapport sur la situation et les dérives vampiriques que cela impliquait quand un mouvement soudain de son adversaire l’étrangle et l’envoie valser contre le mur.

Sonnée, la respiration coupée, le dos en feu, Laureen attrape dans sa poche la seule “arme” à sa disposition : ses clés de maison. Avec le bon angle, pense-t-elle, elle a encore la possibilité d’entailler la vampire. Sentir son propre sang la distraira peut-être. Il ne lui faut qu’une seconde… Juste une seconde d’inattention pour fuir!
Alors qu’elle se prépare à recevoir la prochaine attaque de la vampire, une supplique la désarçonne : "Sau...vez… vous!"

Laureen écarquille les yeux. Avoir la volonté de faire fuir sa proie, pour un vampire affamé comme cette jeune fille, c’était à la fois courageux et complètement fou! La détresse dans son ton, cet effort désespéré… Laureen ne peut finalement pas abandonner cette fille à son sort.

Elle change de position de défense, et lorsque l’instinct de la vampire se fait de nouveau plus fort que la raison, la directrice d’institut pivote sur elle-même pour donner la puissance nécessaire à son coup de coude. La vampire est touchée à la tempe et assommée net, en tout cas pour un court instant. Laureen espère que cela lui laissera suffisamment de temps pour l’emmener chez Willie.

Un ange passe, et la brune encore debout réalise qu’elle vient de frôler la mort dans une situation qui ne devrait jamais arriver à un chasseur de démons. La prochaine fois qu’elle sort, même pour récupérer un hot dog, c’est sûr, elle prend son arme! Si Zachary apprend un jour ce qu’il vient de se passer, il rirait bien!

Non, à la réflexion, il rirait pas. Il paniquerait à l’idée que sa mère soit passée à deux doigts de la mort, et serait encore plus traumatisé. Inutile de lui faire prendre de tels risques, cela dit. Il est impossible qu’il l’apprenne si elle ne lui dit rien.

Mais revenons au problème actuel. Le temps presse. Qui sait combien de temps la petite vampire restera inconsciente? Laureen ne joue pas de sa chance. Elle récupère en vitesse son sac à main, tombé durant le combat. Elle soulève ensuite la petite dans ses bras. Un regard de chaque côté, la rue est toujours vide. Alors, à grandes enjambées, elle file vers sa boucherie préférée avec son précieux chargement…



Laureen Winterscar
Laureen Winterscar
Shadowhunter.Shadowhunter.
A cry for help | feat Laureen Winterscar Source

Pseudo : Jessica
Date d'inscription : 25/07/2020
Messages : 10
Marques de Noblesse : 7
Crédits : N.C.
Disponiblité RP : Libre!

Alignement : Bon
Allégeance : Aux shadowhunters et à la justice
Origines : Françaises et américaines
Âge : 46 ans
Métier : Directrice d'Institut
Résidence : L'Institut de Nouvelle-Orléans
Statut civil : Veuve
Généalogie : Fille de Gabriel et Janet Silverguard
Veuve de Kayden Winterscar (décédé)
Mère de Zachary et Alison (décédée)
Anecdotes : Laureen a un faible pour le chocolat noir, l'organisation des fêtes (parce qu'elles rassemblent et apaisent le temps d'une journée) et les livres de médecine douce.
Playlist : Laureen a suivi un enseignement de pianiste dans ses jeunes années, mais elle n'a jamais été très douée en la matière. En revanche, elle adore entendre d'autres personnes jouer de cet instrument.

Feuille de personnage
Force:
A cry for help | feat Laureen Winterscar Gb8127/100A cry for help | feat Laureen Winterscar L9be  (27/100)
Agilité:
A cry for help | feat Laureen Winterscar Nq6q33/100A cry for help | feat Laureen Winterscar L9be  (33/100)
Endurance:
A cry for help | feat Laureen Winterscar Mg1440/100A cry for help | feat Laureen Winterscar L9be  (40/100)

Revenir en haut Aller en bas


Sam 8 Jan - 17:30


A cry for help





Le monde n'était plus que sons. Poum-Poum. Bruits. Poum-Poum. Brouhaha incessant et insupportable. Son corps entier n'était plus qu'écho ; son crâne - bourré de parasites sonores qui résonnaient dans le moindre de ses membres - était prêt à exploser. Poum-Poum... Poum-Poum... Il était pris d'assaut, les battements de cœur de l'humaine se fracassant contre ses parois et rebondissant à n'en plus finir, les vibrations du sang coulant dans ses veines finissant de lui donner le tournis. Poum-Poum. Poum-Poum. Poum-Poum. Akiho n'était plus que rage et faim. Ses yeux étaient fixés au cou de sa victime, les crocs sortis, prêts à frapper.

Rien qu'une fraction de seconde.... Une fraction et tout serait terminé. La douleur qui lui tordait les boyaux et lui enserrait le crâne. Cette sensation de manque...
Tout aura bientôt disparu.
Elle n'avait plus qu'à plonger et savourer l'instant. Fermer les yeux et laisser le sang glisser le long de sa gorge. Au diable ses remords et ses pensées coupables : elle laisserait gérer sa partie encore humaine lorsqu'elle reprendrait ses esprits. La bête était aux commandes, il n'y avait plus de place à l'hésitation... Alors que la salive commençait doucement à envahir sa bouche, le vampire entama la descente. Elle était rapide  - affamée -  mais trop concentrée sur sa faim bientôt assouvie, extatique, elle en oublia la dangerosité de sa soit disant victime et ne vit pas le coup venir.

Le vampire se sentit tomber dans un puit sans fond, sa tête entrainant le reste de son corps dans un abîme aussi noir que l'étaient ses pensées. Bientôt elle ne vit plus rien... Ne ressentit plus rien. Plus de douleur, plus de faim...
Effectivement, tout avait disparu...

...

Elle était enfermée dans une pièce sombre. Incapable de parler. Incapable de crier. Les yeux baissés sur ses mains ensanglantées, l'hémoglobine noire coulait abondamment entre ses doigts crochus et tombait sur le sol terne. Une goutte. Puis une autre. Puis une autre. Un filet sans fin qui inonda bientôt toute la salle. Le sang montait de plus en plus haut. De plus en plus noir et collant. Elle avait peur. Elle savait qu'elle avait peur. Mais encore une fois, elle était incapable de crier alors que le niveau augmentait rapidement. Ses mains purent toucher le plafond tout aussi noir. Puis sa joue vint heurter sa surface froide et bientôt, toute sa silhouette fût engloutie par cette mélasse. Submergée, ses propres larmes se mélangeaient au liquide visqueux qui l'entrainait éperdument au fond. Elle ne pouvait plus respirer. Se débattait en vain contre ce corps insondable. Elle se noyait. Malgré elle, sa bouche s'ouvrit en grand, poussant un hurlement muet, la peur au ventre, et tout le sang s'insinua en elle. Envahissant. Parasite.
Elle s'étrangla, tout devenant flou autour d'elle...


Puis elle ouvrit les yeux.

Le visage crispé par la peur, des gouttes de sueurs glissant le long de ses tempes, Akiho émergea soudainement. Au début éblouie, sa vue s'adapta doucement à l'éclairage ambiant et elle pu distinguer plus clairement l'endroit dans lequel elle se trouvait. Petite pièce exiguë, elle n'était pourvue que d'un sofa ayant déjà bien vécu  - sur lequel elle était allongée -  et d'une table pas bien grande où était posée une vieille cafetière et un cadavre de poche de sang. Elle était seule, fiévreuse et déboussolée. Elle allait se redresser lorsqu'elle distingua des voix derrière la porte entrouverte.
« Je n'aime pas les surprises, tu le sais pourtant... »
Le ton était cinglant, brut. La voix grave et rauque. Akiho pouvait l'entendre sans faire le moindre effort. Quelqu'un lui répondit, plus faiblement. Plus calmement. Le vampire ne comprit pas ce qu'elle disait, sa tête encore douloureuse l'empêchant de pleinement se concentrer. Elle savait juste que la personne était plus posée contrairement à son interlocuteur dont la voix tonna une fois encore et résonna dans le crâne sensible de la jeune créature.
Elle avait l'impression d'avoir une gueule de bois... Sauf qu'elle ne se souvenait pas avoir bu la moindre goutte. Sa faim était pourtant encore là... Plus atténuée ceci-dit. Que s'était-il passé ? Elle n'en avait pas le moindre souvenir. Maladroitement elle se releva, luttant contre ce vertige qu'elle ressentait et taisant au mieux la faim qui recommençait à la titiller. Elle avança un premier pas, puis un deuxième, et voyant que ses jambes avaient la force de la porter, elle en entama un troisième.

La conversation continuait derrière la porte lorsqu'elle la poussa gentiment. Akiho passa un œil par l'entrebâillement et étudia les environs, passant son regard inquisiteur sur le comptoir sur sa gauche, présentoir de toutes sortes de viandes avant de le faire glisser sur le mur d'en face, pourvu d'une simple porte fermée, et de continuer vers le centre de la pièce où se tenaient deux individus, l'un face à l'autre. L'homme à la voix rauque était un grand gaillard à la barbe bien fournie, des bras costauds croisés sur sa poitrine et un ventre rondouillet difficilement caché par un tablier taché de sang. Son visage était fermé, mais ses yeux trahissaient une empathie que sa visible frustration ne pouvait masquer.
La femme quant à elle, Akiho n'eut aucun mal à la reconnaître, et elle sentit sa gorge se nouer lorsque ses yeux se posèrent sur elle. L'homme était certes imposant, mais elle dégageait une aura telle que la différence de taille ne semblait plus aussi importante. Sa posture était aussi droite que son homologue et son regard aussi vif. Akiho en fut impressionnée. Elle admira ses étranges tatouages qui parcouraient sa peau lorsque le regard de la femme se tourna dans sa direction.
Akiho baissa le regard, rougissant de honte. Elle avait envie de disparaître sous terre. Elle avait attaqué une humaine... Cette humaine... Avait-elle compris à quoi elle avait affaire ? Avait-elle tout raconté à ce géant barbu ? Qu'allait-il lui faire ? Elle en avait la tête qui tournait. Que faisait-elle dans une boucherie ??

Les deux inconnus étaient désormais tournés vers le vampire, l'étudiant calmement, se demandant surement si elle allait leur sauter dessus. Puis soudainement, l'homme soupira, se passa une main dans ses cheveux coupés courts avant de se diriger vers la porte fermée derrière lui. Il disparut quelques secondes dans la pièce avant de réapparaître, s'arrêta une fois encore à côté de la brune et lui jeta un rapide regard. Puis, haussant les épaules, il se retourna vers Akiho.
« Attrape ! » fit-il brusquement.
Surprise, elle jongla quelques secondes avec ce qu'il lui avait lancé, tentant maladroitement de stabiliser l'objet et resta silencieuse un long moment en voyant ce qu'elle tenait. Elle posa son regard complètement perdu sur les deux inconnus, passant de l'un à l'autre lentement, puis le glissant sur la poche de sang qu'elle avait dans les mains. Hésitant entre le balancer loin d'elle en feintant l'incompréhension, ou bien se jeter dessus afin d'assouvir sa faim.
Ils étaient au courant ?
« Qui êtes-vous ? » furent les seuls mots qui purent franchir ses lèvres, trop surprise pour pouvoir même penser à fuir.
Akiho Takeda
Akiho Takeda
Vampire.Vampire.
A cry for help | feat Laureen Winterscar 04.9

Pseudo : Lioma
Date d'inscription : 03/01/2020
Messages : 52
Marques de Noblesse : 10
Crédits : Lioma
Disponiblité RP : Libre

A cry for help | feat Laureen Winterscar Giphy

Ft. : Bae Doona
Alignement : Neutre
Allégeance : Ses parents
Armes : Aucune, Akiho est déjà en proie avec ses propres pouvoirs, avoir une arme serait encore plus dangereux pour elle et pour les innocents autour d'elle

Origines : Japonaise née en France
Âge : 22 ans (pour toujours désormais)
Métier : Elle enchaîne les petits boulots de nuits, ne restant jamais au même endroit plus d'une saison
Résidence : Freret Street
Orientation : Hétérosexuelle
Statut civil : Célibataire
Généalogie : Eiko Takeda - mère
Haruyoshi Takeda - père
Anecdotes : Akiho ne maîtrise pas ses pouvoirs et les subit plus qu'elle ne les possède | Elle est très agile | Fume lorsqu'elle est stressée (de plus en plus souvent ces temps-ci) | Elle maîtrise l'anglais même si quelques mots lui échappe parfois | Elle parlait couramment japonais avec ses parents | Connait les gestes qui sauvent et possède quelques notions de médecine | Elle suit des cours d'aïkido le soir (uniquement lorsqu'il fait nuit)

Feuille de personnage
Force:
A cry for help | feat Laureen Winterscar Gb8110/100A cry for help | feat Laureen Winterscar L9be  (10/100)
Agilité:
A cry for help | feat Laureen Winterscar Nq6q60/100A cry for help | feat Laureen Winterscar L9be  (60/100)
Endurance:
A cry for help | feat Laureen Winterscar Mg1430/100A cry for help | feat Laureen Winterscar L9be  (30/100)

https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t266-akiho-takeda-vampire-malgre-elle#922 https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t271-akiho-takeda-vampire-debutante-et-potentiellement-dangereuse https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t272-akiho-takeda-lonelyy-i-m-so-lonelyy#930 Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas


 Sujets similaires
-
» Remettre les enfants dans le droit chemin [PV Cassie et Laureen]
» Hello Darkness my old friend ~ Feat Zak
» Une espionne en vue ~ feat Zachary
» Welcome to the Institut - feat Myrcella Devereux
» C'était le bon temps - Feat Jim Nightingale


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Sauter vers: