Le Deal du moment : -23%
TV 75″ Xiaomi Mi TV Q1 – QLED, 4K UHD ...
Voir le deal
929 €

Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo]
New Orleans Institute :: Territoire du Downworld :: Royal Street :: Bars et restaurants


Aller en bas 



Jeu 5 Nov - 9:58

Comme un chien dans un jeu de quillesDeux heures du matin. Pas vraiment une heure où on s’attend à voir des gamins dehors, et pourtant, je suis en train, consciencieusement, de fouiller derrière les poubelles. On a organisé un poule renard vipère en ville, et j’en profite pour cacher ça et là des enveloppes avec des indices pour la course d’orientation qu’Hannah chapeautera demain. Objectif pour ce soir, pour mes jeunots, être capable de se retenir d’attaquer des humains, même en étant sous l’excitation de la chasse. Hormis Tessy, tous en sont capable, et la plus petite a l’estomac plein. Donc peu de risques, et en même temps ça permet de les habituer à continuer ainsi. Et parce que, en doyenne du groupe, j’ai ‘un injuste avantage’, je me retrouve avec double tache. Bon. Comment indiquer aux gamins de chercher là… Je sors mon portable, rajustant d’un geste ma jupe pour pianoter des idées d’énigme tout en marchant vers la ruelle voisine, quand j’entends un bruit.

Ambroise, je t’entends.

C’est effectivement la jeune femme qui sort, et me montre le jeton dans sa poche en même temps que moi. C’est une poule, moi un renard, la course poursuite s’engage. Quelques mètres plus loin j’ai capturé ma proie, et l’aie délestée d’une petite pièce, qui marquera le score. Pas de soucis de son côté, et elle a déjà capturé Matt et croisé Tessy. Laquelle a été interrogée par un policier qui s’étonnait de la voir seule, et laissé convaincre par l’assurance qu’elle « jouait avec ses frères et sœurs ». Probablement aidée par une pointe de suggestion, un regard vague vers un bar à proximité pour laisser entendre que non, non elle est pas toute seule. Et par le fait que bon, le quartier est pas réputé pour ses parents responsables... On se sépare et repartons chacune de notre côté. Dans notre terrain de jeux délimité par deux artères mineures et Royal street, je croise Matt, aux prise avec un groupe d’adolescents de son âge qui essaient de lui taxer des cigarette. Qui me voit, et… Ben je m’éclipse avant qu’il aie pu arriver. Parce que sachant que Tessy est ‘alliée’ à Ambroise, que Ambroise à capturé Matt, qu’on est que 5 et que je suis la seule renarde… Ben ça veut dire que Matt et Esté sont des Vipères, et donc s’ils m’attrapent, ils me piqueront mes jetons de score ! Oui, je peux être très mauvaise perdante.

Donc, je m’éclipse de la place, abandonnant lâchement Matt à ses détracteurs (enfin, vu qu’il s’est jeté à ma poursuite en bon ‘grand frère’, il s’en est vite dépêtré), et retournant en vitesse dans les ruelles, ignorant un clodo qui roupille et me cachant derrière une benne à ordure pour laisser passer Mat, qui continue sa route. Un sourire ravi, et je sors de ma cachette… Juste à temps pour entendre un « Je. Te. Tiens... » Oh, zut,Esté. Esté qui me regarde avec l’air d’un chat très fier de lui. Et que j’attends pas qu’il me montre son jeton pour filer.

« Reviens ici sale petite... »

Je parle pas espagnol mais je dirais que c’est de toutes façons pas un mot gentil, peste ou tricheuse, probablement. Je file, manquant de bousculer une nana asiat, la tête baissée pour empêcher mon poursuivant de voir mon sourire. Ben quoi, il pensait que ce serait si simple ?!

Résumé:
Invité
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas


Mar 24 Nov - 6:01


Comme un chien dans un jeu de quilles
Cassie & Yoo


« C’est bon t’as fini ? »

Muphy s’ébroua joyeusement, après avoir passé les dix dernières minutes a jouer avec des idiots de pigeons, avant de s’étirer, langue pendante et prêt a se faire flatter en bonne et due forme. Petit sourire en coin, la jeune femme posa un genou a terre et commença a gratter la tête du malinois, qui approuva le geste d’un grognement satisfait. Yoo n’avait jamais été très proche des canidés auparavant, mais c’est immédiatement que le chien l’accepta, alors qu’elle admettait volontiers qu’elle est arrivé dans leur vie de manière impromptue. Murphy n’avait jamais montré les dents, ou même semblé suspect face a elle. Au contraire, il avait l’air de la considérer immédiatement comme un membre de la famille, quand même bien il avait toujours qu’un seul maitre, et c’était bel et bien Ashton. Malgré ça, le malinois semblait apprécier ses petits moments où ils étaient tout les deux, a se promener, même sans son meilleur ami dans les parages.

Se reposant sur le banc, elle soupira en se massant la nuque. Elle s’était demandé pourquoi Murphy s’était montré agité en sa présence récemment, mais maintenant elle savait très bien pourquoi. Après avoir finir d’hurler dans un oreiller pendant de longues minutes, et de multiples aller retour à la pharmacie, elle avait trouvé comme échappatoire de promener le chien pour son tour du quartier nocturne quotidien.

« Bordel Murphy... »
Elle se massa l’arrête du nez avec un ongle brisé de son rendez-vous musclé de la journée, au milieu de sa face toute bleuie a cause de la rouade de coups qui lui ait tombé dessus. « Qu’est-ce que j’vais bien pouvoir foutre maintenant ? Tu crois que j’suis foutue ? »

Le chien, sans trop comprendre le problème, pencha une tête sur le côté avec un bref gémissement.

« Ouais t’as raison… faut bien que ça sorte un jour. Ça va être un sacré shitshow. » Elle soupira  dans un grognement et joint les mains en fixant le ciel d’hiver. « Heeey Rocky Balboa ! Tu ferais quoi à ma place ?!  »

Bien évidement, la seule réponse fut le vent qui siffle, et le silence assourdissant de la rue a cette heure-ci. Ne sachant pas trop ce qu’elle avait espéré qui arrive, elle reposa ses coudes sur ses genoux en signe d’abandon. C’était pas ce soir que l’esprit de Rocky lui parlerait : et pour cause : il était pas réel. Et son interprète avait probablement d’autres chats a fouetter. Le chien, lui, posa une tête compatissante sur son genou. Difficile de savoir si il voulait des caresses ou si il comprenait les tourments de la jeune femme.

« Ouais on va rentrer… Je veux pas qu’il s’endorme sans moi. On sait jamais ce qui peut arriver. » Murphy poussa un nouveau léger gémissement et Yoo posa une main rassurante entre ses oreilles. « Je sais que t’es inquiet pour lui. Promis on rentre tout de suite. »

Ashton était sujet aux attaques de paniques nocturnes, et Yoong-Ki n’envisageait même pas d’être absente si une telle chose se produisait. Il devait tout juste avoir fini de ranger le bar, probablement l’attendant pour grignoter devant Netflix. Ils regardaient probablement pas grand-chose, et il était peu probable qu’ils dorment. En vérité elle en savait que dalle. Mais si elle avait juste envie de retarder le moment, elle se mit en marche proptement, main dans les poches de son hoodie, écharpe sur le nez, et malinois sur les talons.

Tranquillement sur son chemin, oscillant entre démarche pressée et nonchalante, déchirée entre son envie de rentrer chez elle et l’appréhension de la soirée, elle recule instinctivement quand une gosse manque de la percuté. Mise a part l’impolitesse de la gosse qui prend pas la peine de s’excuser, Yoo n’y fit pas spécialement attention. Les gosses ça joue, et elle est bien placé pour le savoir. Elle aurait probablement continuer son chemin si Murphy s’était pas mit a méchamment grogné.

« Tout doux mon beau. C’est rien. » Fit-elle en le grattant derrière une oreille, mais en revanche il aboya quand le type qui venait après la gamine la bouscula sans sommation. Menaçant, le malinois a retroussé les babines face au mécréant pas capable de regarder devant lui. Voulant éviter l’incident, le chien étant particulièrement tendu dés qu’on approchait son périmètre depuis quelques jours, son reflexe fut de le calmer. « Hey ! Regarde où tu vas ! Sinon mon chien va te… »

Elle hausse un sourcil. Absolument certaine de ce qu’elle a vu. L’énergumène ne fit que peu de cas de la première fois où elle le héla, mais cela ne l’empêcha pas de renchérir en s’approchant de lui.

« HEY ! » S’emporta-t-elle, Murphy aussi motivé qu’elle a taper du poing sur la table. « Trou du cul d’abomination ! C’est à toi que je cause ! »

(c) DΛNDELION

_________________
Yoong-Ki Choe
Yoong-Ki Choe
ADMIN ★ Mamazilla.
Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] Ugvr

Pseudo : Karken
Date d'inscription : 09/01/2020
Messages : 58
Marques de Noblesse : 27
Crédits : tiababylo
Disponiblité RP : Viens m'chercher si tu l'oses

Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] D6rb

Ft. : Lee Chae Rin
Couleur paroles : cc0066 en italique quand elle parle corééen

Alignement : Neutre
Allégeance : Sa petite famille créée maladroitement, composée de son mec et leur chien
Armes : Ses poings principalement, parfois ornés de poings américains en argents, aime pas les armes a feux, ça enlève tout le fun.

Origines : Nord Coréenne, réfugiée politique
Âge : 23 ans
Métier : Gladiatrice Illégale, Barmaid au Hells Bells, passe plus de temps a botter les culs des relous qu'a servir des shots.
Résidence : Freret Street
Orientation : Bisexuelle avec un penchant Lesbien
Statut civil : En couple avec Ashton Butler
Généalogie : Père Disparu, mère décédée, petite soeur mangée par une saloperie de vampire. Enceinte et Vénère.
Anecdotes : La vie n'a jamais respecter les réglés pour elle, alors elle ne les respecte pas dans les combats ++ Ex-esthéticienne, adore le maquillage, mais ne cache jamais ses bleus ++ Fan de Rocky ++ Se rêve en catcheuse pro, avec un persona, des caméra, des jolies fringues et des gens qui l'acclament, mais ne se fait pas d'illusions ++ Moins bourrue qu'on le pense ++ Ne porte jamais de pantalon chez elle ++ A un fort accent Coréen, a apprit l'anglais en écoutant du metal et du rap, est donc très vulgaire ++ se rêve maman mais n'ose pas se l'avouer ++ Conchie les vampires ++ Se préfère en blonde
Playlist : Die Antwoord ++ Missy Elliot ++ The Kills ++ Gin Wigmore ++ Perturbator ++ Duckwrt ++ Neffex ++ Rob Zombie ++ Nine Inch Nails ++ Nirvana ++ In This Moment ++

Feuille de personnage
Force:
Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] Gb8148/100Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] L9be  (48/100)
Agilité:
Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] Nq6q30/100Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] L9be  (30/100)
Endurance:
Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] Mg1422/100Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] L9be  (22/100)

https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t278-yoong-ki-i-will-kill-you-and-the-night https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t293-yoong-ki-walk-like-a-zombie Revenir en haut Aller en bas


Dim 29 Nov - 16:23
Comme un chien dans un jeu de quillesDans un premier temps, je ne prête aucune attention à la nana. Je sais que je ne risquais à aucun moment de la percuter, je maîtrise assez mon corps pour savoir ça. Idem pour le gros chien. J’ai pas besoin d’afficher ma vitesse supérieure (sans aucune vantardise) pour l’esquiver avec agilité, surtout que le but de l’exercice, c’est aussi de ne pas être remarqué. Mon poursuivant effroyable qui me terrifie absolument… Pas, ignore lui aussi la civile et son animal, pas que j’ai réellement des craintes sur sa capacité de contrôle. Tout juste lance-t-il un « Pardon ! » qui n’a de désolé que le nom. Par contre, l’interjection suivante me fait stopper net, tout comme Estéban. Qui se reprend plus vite que moi d’ailleurs.

Pendant que j’observe la femme avec une moue étonnée, cherchant un à analyser la menace, deux à comprendre d’où elle traite Estéban (mais pas moi on dirait) d’Abomination (et si elle est consciente que c’est un vampire), lui ne se pose pas la question, se tournant vers elle avec un sourire. Pas le sourire chaleureux, hein ? Plutôt celui du chapelier d’Alice. Et il n’a pas vraiment d’inquiétude en la voyant avancer vers lui dans une intention assez prévisible. « Pardon ? » Toujours montrer qu’il a le contrôle. Bon. A ses mouvements, elle n’utilise pas de runes, je dirais que le danger est moindre. Quand au chien, il est gros, effrayé, potentiellement agressif, mais j’ai vu pire. Rien qu’à la dernière pleine lune, avec Alex qui voulait pas m’écouter. Peut-être que j’ai surréagi en pensant qu’elle appelait Esté ainsi parce que vampire, ptet qu’elle lui en veut juste pour une histoire de cul (et dans ce cas, je pense qu’elle confond, parce que Esté est bien trop mordu d’Ambroise pour qu’il y aie malentendu avec une autre fille) et que c’est rien de grave. Esté va lui faire peur, lui remettre les pendules à l’heure et basta. Dans le doute, j’envoie un SMS au reste du groupe pour qu’ils se rejoignent.

« Y aurait-il un problème ? »

A son ton légèrement menaçant et au sourire qu’il arbore, il est pas difficile de deviner qu’il va y en avoir un si elle continue de l’insulter. Pour autant, il n’a pas bougé. Comment disait Gabin l’autre jour ? Ah oui. « Toi, tu attaque sous charisme. » Pas un geste d’agressivité, mais comme une aura qui signifie la même chose. Et je ne serais pas étonnée que le chien y soit sensible. Bon, on va intervenir avant que ça finisse mal. Je m’interpose devant Estéban, mains sur les hanches, sans faire attention au fait que ce mouvement relève mon pull et rend bien visible mon badge. Le même que portent mes protégés, avec simplement nos noms et le logo de l’orphelinat. Esté porte le sien à la poche de poitrine d’ailleurs.

Dis donc, tu vois pas qu’on est en pleine partie ou quoi ?! Alors désolés pour ton bestiaux, mais il a rien, toi non plus, et on a une game à finir !

Oui le « Tu dérange » est clairement en sous titre. Et derrière moi j’entends Esté. « Cass. C’est bon, je gère. » Ouais, fin j’avoue que j’aimerai bien qu’on arrête là, avant que ça dégénère.
Invité
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas


Jeu 28 Jan - 5:33


Comme un chien dans un jeu de quilles
Cassie & Yoo


Elle le savait, depuis le début de la journée où elle avait vomi ses tripes, que ça serait une très mauvaise journée. Elle le savait que la soirée aurait son lot de complication – et pour cause. Mais ce soir, Yoo ne s’attendait pas vraiment à tout ce qui lui était tombé dessus sans prévenir. Un peu comme une merde d’oiseau qu’on se prend sur la gueule, sans avoir pu voir ce foutu connard de piaf.
Entre l’autre connard, aux avances lourdingues, qui avait non seulement prit en malin plaisir à lui colorer la peau, mais en plus à la faire tourner en bourrique avec ses expressions incompréhensibles à deux balles. Encore heureux qu’il avait prit la peine de mimer la traduction, sinon elle lui aurait fait ravaler son sourire moqueur à coup de batte de baseball. Pour ce qu’elle en savait, ça ferait une abomination en moins dans cette ville… Elle avait auparavant pensé que les saloperies dans son genre se dissimuleraient bien sagement, mais l’expérience lui avait plutôt appris qu’ils avaient aucune gêne à grouiller partout comme les asticots qu’ils sont.

Elle qui pensait pouvoir faire un tour tranquille avec Murphy, histoire de se changer les idées après ses allers-retours à la pharmacie, la voilà qui se faisait emmerder par une bande de gamin sortit de nul part. Enfin gamin… Elle n’était pas aveugle et savait bien ce qu’elle avait vu dans le regard de l’autre brun qui se donnait des faux airs. Et la réaction de Murphy ne trompait pas. Les animaux savent sentir ce genre de chose.

Et maintenant il s’imaginait pour l’affecter, avec son ton menaçant et son sourire à deux balles. Qu’est-ce qu’il tente de faire d’ailleurs ? Ca ressemble plutôt à une grimace, comme quand on se prend l’orteil dans un coin de meuble. Ça pour être impressionner, elle ne risquait pas de l’être. La coréenne était une habituée des combats dans les bourbis les plus dangereux de la ville, et des énergumènes qui roulaient des mécaniques, elle en voyait des largement pires chaque fois qu’elle montait sur le ring. Pourtant, elle n’en tremblait pas pour autant. Donc oui, on pouvait dire qu’il y avait un problème. Sa tronche de mec populaire de lycée ne lui revenait pas, et lui donnait envie de distribuer des baffes par camion. Elle essaya vaguement de le jauger en retour, voir si de toutes les abominations, il était celui qu’elle recherchait depuis des années. Mais non, trop petit, trop passe partout, Elle savait que le jour où elle verrait l’assassin de sa sœur, elle le saurait dans sa chaire : c’était pas une impression qu’on oubliait. Et le type en face d’elle ne lui ferait pas la même chose, même en rêve, même de loin, en pleine nuit par temps de brouillard. Mais elle savait très bien ce qu’elle avait vu, et ça ne changeait pas son opinion.

Sur la face de la jeune femme bleuies par ses coups qu’elle s’est prise dans la journée, son expression se renfrogna encore plus , si c’était possible.  Elle fit un pas en avant, prête a ouvrir le bal des hostilités. Mais elle fut coupé en pleine élan, apostrophé par la demi portion, qui lui signala très aimablement –notez l’ironie- qu’ils se trouvaient en plein… jeu ?

La seule chose qui l’empêcha d’éclater de rire était les aboiements et grognements de Murphy qui étaient de plus en plus agressifs et méfiants. Il est vrai que toute personne normalement constituée emmenait des gamins jouer dans la rue, à une heure aussi avancée de la nuit. D’autant plus que s’était marqué sur leur gueule, et qu’elle-même se trouvait être un putain de devin ! Dans le cas contraire, Ash et elle n’en chierait pas autant pour payer les factures ! Sans doute habiteraient-ils un foutu château en Espagne.

- « Le problème, c’est qu’un putain de jeu vous empêche pas de regarder où vous foutez les pieds. »

Siffla la jeune femme, obligée de s’agenouiller pour empêcher Murphy, d’une main bienveillante sur la tête du chien, de sauter tout crocs dehors sur le type en face d’eux. Murphy n’avait pas peur de ce genre de créature, pour cause : Ashton l’amenait avec lui a la chasse aux canines longues. Mais ce soir, elle insistait pour qu’il ne se lance pas dans une bataille du genre. Parce que oui, même si ça lui retournerait l’estomac, elle ne se battrait pas ce soir –pas si elle peut l’éviter. La simple idée de laisser ce truc rentrer dans son trou en vie, la rendait folle, et si il n’y avait qu’elle dans l’équation elle aurait pris le risque de l’affronter immédiatement et au diable le reste. Mais il n’y avait pas qu’elle, il y avait Murphy déjà, le plus brave compagnon auquel n’importe qui pouvait rêver, et si il était blessé, Ash serait anéanti. Et surtout, il lui fallait se l’avouer : il y avait un bébé en devenir. Et si elle n’avait appris son existence que depuis une heure, elle lui en avait fait déjà assez bavé en montant sur le ring aujourd’hui. Surtout avec la raclée magistrale qu’elle avait prise. Seulement, vu le malinois prêt  a la protéger envers et contre tout, et elle ne l’avait jamais vu aussi hargneux auparavant, si quoique ce soit était fait contre elle, elle donnait pas cher du bras de la personne.

La gosse se fit calmer par l’autre saloperie, avec un air paternaliste à la con. Ce dit la fit se demander si elle était au courant de la nature du grand dadais à ses côtés. Il avait prévu de la bouffer dans un coin une fois la soirée terminée ? Rien que l’idée lui collait des envies de gerbes. La gosse lui montra son badge au nom d’un truc dont elle avait absolument pas entendu parlé et dont elle avait sincèrement pas grand-chose à cirer.

Yoo n’était pas très patiente, mais elle était toujours conciliante avec les enfants. Elle avait été une excellente grande sœur avec Yoong-Lim, ne prenait pas d’ombrage quand un gamin la bousculait, ni quand un bébé hurlait dans les transports en commun. Mais cette enfant avait une façon de parler… d’adulte. Mais dans le genre désagréable du terme. Déjà éméchée par le fait d’avoir renoncé à se battre, se faire envoyer chier de cette façon, recevoir une excuse comme si on lui grattait la joue avec du papier de verre ne calma pas sa mauvaise humeur. Et son esprit maternel ne fut pas a son apogée.

« Si vous avez le droit de « jouer » au milieu de la voie publique, j’ai encore le droit de promener mon chien. Si je dois vous gueuler dessus pour vous arracher des excuses, c’est pas moi qui suit en tort. D’ailleurs je vois pas d’adulte, vous avez le droit d’être dehors si tard ? » Elle roula des yeux. « Whatever, ça m’regarde pas. » Elle pointa l’autre bellâtre des bacs a sable du menton. « Tu sais au moins c’est quoi ton pote ? Tu ferais mieux de pas te retrouver seule avec ce truc. Dernier conseil. Allez Murphy : papa nous attend… » Sobriquet affectueux pour un toutou a son maître, mais dans le contexte actuel, Yoo grimaça. Putain… quelle ironie merdique.

Et comble de la poisse, Murphy n’avait pas l’air vraiment décidé a bouger. Depuis quelques semaines il était vraiment bizarre avec elle. Pas du mauvais sens du terme, mais si Ashton avait trouvé hilarant le fait qu’il grogne sur une grand-mère qui avait doublé l’asiatique, Yoo avait trouvé ça surprenant : le chien aimait beaucoup la jeune femme, mais il n’avait jamais été spécialement protecteur. Jusqu’à récemment. Et maintenant, il y avait un danger immédiat en face d’eux : tourner le dos serait d’une dangerosité stupide. Et Yoong-Ki ne pouvait pas lui donner tort.

(c) DΛNDELION

_________________
Yoong-Ki Choe
Yoong-Ki Choe
ADMIN ★ Mamazilla.
Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] Ugvr

Pseudo : Karken
Date d'inscription : 09/01/2020
Messages : 58
Marques de Noblesse : 27
Crédits : tiababylo
Disponiblité RP : Viens m'chercher si tu l'oses

Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] D6rb

Ft. : Lee Chae Rin
Couleur paroles : cc0066 en italique quand elle parle corééen

Alignement : Neutre
Allégeance : Sa petite famille créée maladroitement, composée de son mec et leur chien
Armes : Ses poings principalement, parfois ornés de poings américains en argents, aime pas les armes a feux, ça enlève tout le fun.

Origines : Nord Coréenne, réfugiée politique
Âge : 23 ans
Métier : Gladiatrice Illégale, Barmaid au Hells Bells, passe plus de temps a botter les culs des relous qu'a servir des shots.
Résidence : Freret Street
Orientation : Bisexuelle avec un penchant Lesbien
Statut civil : En couple avec Ashton Butler
Généalogie : Père Disparu, mère décédée, petite soeur mangée par une saloperie de vampire. Enceinte et Vénère.
Anecdotes : La vie n'a jamais respecter les réglés pour elle, alors elle ne les respecte pas dans les combats ++ Ex-esthéticienne, adore le maquillage, mais ne cache jamais ses bleus ++ Fan de Rocky ++ Se rêve en catcheuse pro, avec un persona, des caméra, des jolies fringues et des gens qui l'acclament, mais ne se fait pas d'illusions ++ Moins bourrue qu'on le pense ++ Ne porte jamais de pantalon chez elle ++ A un fort accent Coréen, a apprit l'anglais en écoutant du metal et du rap, est donc très vulgaire ++ se rêve maman mais n'ose pas se l'avouer ++ Conchie les vampires ++ Se préfère en blonde
Playlist : Die Antwoord ++ Missy Elliot ++ The Kills ++ Gin Wigmore ++ Perturbator ++ Duckwrt ++ Neffex ++ Rob Zombie ++ Nine Inch Nails ++ Nirvana ++ In This Moment ++

Feuille de personnage
Force:
Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] Gb8148/100Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] L9be  (48/100)
Agilité:
Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] Nq6q30/100Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] L9be  (30/100)
Endurance:
Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] Mg1422/100Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] L9be  (22/100)

https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t278-yoong-ki-i-will-kill-you-and-the-night https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t293-yoong-ki-walk-like-a-zombie Revenir en haut Aller en bas


Dim 21 Fév - 3:49
Comme un chien dans un jeu de quilles...
« Disons-nous que nous sommes tous fou, cela expliquera bien des mystères, cela résoudra bien des énigmes. »Mark Twain.
 
Ce soir, la représentation était exquise : les critiques et la presse locale ont adoré, tout sourire aux lèvres comme ils sont ressortis du petit Théâtre après cette mise en scène modernisée d’une célèbre tragédie de Sophocle. Ils n’en attendaient pas moins cependant, de la part du producteur qui a la réputation de se montrer pointilleux même sur le plus futile de tous les détails, et tout aussi exigeant envers ses collaborateurs. Un perfectionnisme, parfois difficile à vivre pour son entourage, mais qui finit toujours par payer.
 
Satisfait, mais peu étonné par cette réussite - il ne mise après tout jamais sur le hasard ; Leon a répondu à deux questions des journalistes, et puis, tout simplement, a levé une main en l’air pour indiquer au petit auditoire la fin de l'interview. Il s’est ensuite éclipsé sans rien dire, verre de champagne dans une main et la seconde délicatement mais fermement posée sur le bas du dos de son amant d’un soir, mélange de possessivité et d’élégance.
Rien de plus habituel.
Lors de chaque Première, Petersen est aperçu, un costume sur mesure et un nouvel homme au bras. Juste de quoi préserver malgré lui le mystère de sa vie amoureuse, pourtant inexistante : le lycanthrope n’est pas du genre à tisser des liens étroits avec les autres.

Le voilà donc qui sillonne désormais, à quelques rues du théâtre, la ville de l’oubli ; bras dessus bras dessous avec son cavalier. Ce soir, l’heureux prétendant est Ethan, loup-garou jazzman de Memphis fraichement arrivé en Louisiane et bientôt reparti. A la lumière des lampadaires et vieux néons, les deux hommes, complices, discutent et plaisantent, aussi soulagés l’un que l’autre d'avoir finalement trouvé un instant de calme et de répit après cette véritable marée mondaine. Nœud papillon défait et col de sa chemise déboutonné pour passer d'un costume classe à une tenue bien plus confortable, Leon pose machinalement la paume de sa main droite sur l’épaule d’Ethan, sourit autour de la cigarette qu’il tient fermement coincée entre ses dents et hoche machinalement la tête de gauche à droite, amusé. Il est agréable, parfois, de s’abandonner à des choses aussi simples de la vie, passer un bon moment en bonne compagnie, sans plus se soucier de tout le reste. Juste un instant, quelques heures. Loin des responsabilités, loin de son image, froide et autoritaire.

Les lycanthropes sont néanmoins tirés de leur symbiose, contraints de stopper précipitamment leurs pas pour éviter les deux gamins qui leur coupent le chemin, foncent directement dans les quelques autres rares passants de la rue. Leon ronchonne dans sa barbe, ce qui a le don de faire rire Ethan de plus belle ; mais fronce les sourcils alors que chatouille ses narines l’odeur si reconnaissable de la putréfaction - bien que pas très avancée dans ce cas. Son amant doit sentir la même chose, puisqu’il perd lui aussi son sourire au profit d’un air légèrement consterné.
C'est quoi ces conneries encore ?, il souffle, agacé en regardant les mioches au loin tandis que son loup s'agite au fond de son esprit.

Est-ce que l'ordure de McCormick est au courant, que des gamins vampires jouent à chat au milieu des terrestres – seuls à en juger par les sons et odeurs des environs ? Ou est-ce qu'il se fout à ce point, de ce qui pourrait arriver non seulement aux terrestres, bien que ce ne soit pas vraiment sa plus grande préoccupation, mais surtout au monde obscur ?
Impossible. Autant qu’il déteste l’admettre, Silas et lui ont tout de même un bon point commun : ce sont des antagonistes qui jouent finement, chirurgicalement, et sont particulièrement méticuleux sur ce qui peut leur causer du tort - à eux comme à leur clan. Leon, n’est pas connu pour être le loup le plus docile de la Nouvelle Orléans, ni celui qui se plie le plus facilement aux lois et règlements. Lorsqu’elles ne lui conviennent pas, il n’est jamais le dernier à les enfreindre, ou en tout cas à les critiquer ouvertement. Mais il y a une limite, entre se tenir à des principes bien fondés, et se montrer totalement irresponsable, un chouille stupide aussi. Qu’on le maudisse, le jour où il laissera les jeunes loups courir au milieu des terrestres et menacer d’attirer l’attention des néphilims, des chasseurs ou tout simplement d’exposer l‘existence de leur race aux non-initiés. Le monde caché, doit le rester.  

Petersen finalement hausse les épaules. Les gamins sont déjà loin de toute manière, et son rôle n’est pas de courir après ces petits crétins pour jouer à rapporter - comme le bon chien qu'il n'est absolument pas.

L’incident, serait presque oublié après quelques instants. Pourtant arrivé à un carrefour non loin de l’hôtel de Ethan, Leon s’arrête - soudainement alerte. Planté là, au milieu de la route, regard dans le vide, il tourne la tête, plisse les yeux. Ce sont les aboiements, qui attirent d’abord son attention. Puis viennent les voix, saccadées, énervées ; le son de deux cœurs qui battent à des rythmes différents. Une voix, qui se détache des autres... Et qu’il lui semble reconnaître.  
Leon ? Qu’est-ce qu’il y a ?
Un grognement instinctif résonne contre les parois de sa gorge, la bête en lui commence à s’agiter, bien qu’il la garde sous silence. Sans prévenir le second loup – qui le suit tout de même, le frère de l’alpha rejoint la ruelle adjacente d’un pas un peu trop hâtif.

Voilà donc, l’origine des sangsues morveuses, disséminées un peu partout dans le coin. Poussez une benne à ordures, et il en sort cinq de plus. Deux gosses immortels sont dans cette rue sombre, bien que le lycanthrope ne se laisse pas duper par la jeunesse de leurs traits : si l'un d'eux n'est encore qu'un pauvre bambin, la seconde empeste la décomposition à un stade bien avancé - indice quant à son millésime. Elle est bien plus âgée que lui, à vrai dire... Mais pas plus mature pour autant. Celle-ci, il la reconnaît bien, comme la gamine bien naïve qui espérait convaincre Oskar de lui confier des louveteaux. Elle ne fait pas seulement partie de la joyeuse troupe, c'est elle qui dirige la sainte compagnie des morveux - grande protectrice de la veuve et de l'orphelin et certainement en attente d'une médaille à accrocher sur son gilet Hello Kitty. Pourtant son frangin, jamais ne l'a laissée exposer plus d'arguments que sa petite bouche ne peut déblatérer sans baver, fatigué tout aussi vite que lui d'entendre de si grosses conneries. Un loup, surtout s'il est jeune, doit grandir auprès de la meute et de gens qui le comprennent. Mais non, la demoiselle a insisté, jusqu'à tenter de le pousser à lui confier Tahlia à l'époque, ce à quoi les Petersen ont définitivement perdu toute patience et l'ont renvoyée chez elle comme une boule de papier à la corbeille, à coup de savates dans le postérieur. C'est la dernière fois qu'il a vu la bouille de Cassie Hickman, avant ce soir. Coyote lève la tête, observe la vieille gamine de la tête aux pieds. Il savait que l’initiative des jeux, ne pouvait pas venir de Silas, il aurait simplement dû reconnaître la signature de cette pauvre mouche perdue.   

Il a vu juste sur un autre point cependant, l’identité de la terrestre qui fait face aux deux vampires – raison initiale de son arrivée, bien plus que le fait de protester contre les jeux de rue à vrai dire. Bien que pour être honnête, il ignore encore si c’est par crainte qu’il lui arrive quelque chose, ou tout simplement de peur qu’elle s'attire des ennuis en provoquant les mauvaises personnes, bien trop conscient de son aversion pour tout ce qui se nourrit de sang humain et de son peu de connaissances sur ce qu’ils sont vraiment.

Leon s’approche lentement, silencieusement des trois protagonistes de la scène ; attrape la barrette de tabac, qu'il tient toujours entre ses lèvres, entre son pouce et son index gauche – puis la jette à terre et l’écrase sous sa chaussure.  
Tout va comme tu veux, Yoong-Ki ?, il demande calmement, non sans une menace sourde et implicite à l’attention des deux enfants de la nuit si jamais ils ont la mauvaise idée d’importuner celle à qui il doit la vie.

La coréenne semble chercher à s’en aller, pourtant le canidé qui l‘accompagne refuse de coopérer, jappe avec entêtement sur les créatures hostiles. Un bon gardien, peu étonnant à en juger par ce qu’il sent chez son amie bien qu’il ne fasse de mention.  Mais un gardien un peu agaçant, qui lui crève les tympans sensibles. Et s’il saute sur les deux créatures en face, le lycanthrope ne veut pas même penser à l’effet boule de neige que cela pourrait causer.  

Leon s’avance vers le berger belge sur le point d’échapper au contrôle de sa maîtresse, et ce dernier le prend comme nouvelle cible. Il aboie, montre les crocs, cherche à le mordre. Pourtant, il n’est ici celui qui a les crocs les plus effrayants. Dos tourné à la terrestre ignorante, Coyote regarde l’animal dont il a oublié le nom droit dans les yeux, laisse un éclair vert flasher de son regard.  
HÉ !, il fait claquer sèchement la commande. ASSIS !  
Intimider les canidés, c’est un peu son domaine. Bien que d’ordinaire ce chien obéisse exclusivement à son maître et à sa compagne, à la lueur qui brille dans son regard et son autorité naturelle, le malinois finit par arrêter ses grognements, s’assoit et baisse les oreilles contre son crâne, non plus d’agressivité, mais bien de soumission. Satisfait, Leon tapote gentiment sa tête et se dégage de cette position.  

Enfin, le loup-garou se tourne de manière à faire face aux vampires de nouveau, croise les bras sur son torse et attend la réponse de Yoong-Ki, Ethan qui l’a maintenant rejoint mais ne se mêle pas à la scène.


_________________
Leon Petersen
Leon Petersen
FONDA ❖ Big Bad Wolf.FONDA ❖ Big Bad Wolf.
Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] Eastern-promises-gif-6

Pseudo : Twizzle
Date d'inscription : 11/01/2021
Messages : 17
Marques de Noblesse : 3
Crédits : CORVIDAE
Disponiblité RP : Libre (1/2)

Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] Eastern-promises-gif-7

Ft. : Viggo Mortensen
Couleur paroles : #336633

Alignement : Neutre (-)
Allégeance : Oskar Petersen
Meute : Petersen
Armes : Force brute

Origines : Américain / europe
Âge : 55 ans
Métier : Producteur de théâtre
Résidence : Royal Street
Orientation : Homosexuel
Statut civil : Célibataire
Généalogie :
Oskar Petersen + frère cadet
TAHLIA WHITTLE + fille adoptive
Henry Petersen + neveu
Anecdotes : Leon est gaucher + participe souvent aux soirées poker

Feuille de personnage
Force:
Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] Gb8157/100Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] L9be  (57/100)
Agilité:
Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] Nq6q19/100Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] L9be  (19/100)
Endurance:
Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] Mg1424/100Comme un chien dans un jeu de quilles [Yoo] L9be  (24/100)

https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t403-leon-coyote-petersen https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t406-leon-coyote-petersen-x-loup-garou https://neworleans-institute.forumsrpg.com/t405-leon-petersen-x-werewolf-of-royal-street Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas


 Sujets similaires
-
» Général : muet comme une tombe - int.
» Parfois, l'bonheur c’est simple comme un bourre-pif ! [Ezrashton]
» Remettre les enfants dans le droit chemin [PV Cassie et Laureen]


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Sauter vers: